Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /www/2013/01/ca2669/www/oktInc/classes/db/class.mysql.php on line 130
Engagement artistique à Clermont-Ferrand : ART+UNIVERSITE+CULTURE
  • 29 Bd Gergovia
  • 63037 Clermont-Ferrand
  • Chargé de mission :
  • Philippe SARRADE
  • Tél. 06.29.44.58.01

L'histoire et les missions

L'association A+U+C est née en 1990 de la volonté de militants de l'action culturelle à l'Université, réunis à Villeneuve d'Ascq pour un colloque sur « Public et acteurs de la vie culturelle universitaire ». A l'issue de ces journées fédératrices, les participants ont rédigé le Manifeste de Villeneuve d'Ascq, pierre fondatrice d'un réseau.

A+U+C est un lieu de paroles croisées. Sa vocation, telle qu'elle est définie dans ses statuts, est de promouvoir et d'aider l'action culturelle dans les établissements d'enseignement supérieur en s'appuyant sur une conviction : celle que l'efficacité passe avant tout par un enrichissement mutuel.
Ces pionniers de l'action culturelle universitaire sont venus d'établissements en pointe dans ce domaine, repérés depuis les années 80, par le ministère de la Culture. De 1984 à 2005, plusieurs protocoles d'accords ou des conventions concernant la place de la Culture à l'université ont été signés conjointement entre le ministère de la Culture et le ministère de l'Education nationale (en charge alors de l'enseignement supérieur).

L'association poursuit, depuis sa création, un travail considérable de promotion des activités culturelles au sein de l'université d'une part, d'information et de concertation entre les acteurs de ce mouvement d'autre part.
Aujourd'hui, presque tous les établissements d'enseignement supérieur ont, sous des formes variées, un service ou un opérateur culturel bien identifié. Des conventions sont signées avec les DRAC et les collectivités territoriales. Toutefois les instances chargées de l'action culturelle dans les établissements, services plus ou moins communs, services généraux, associations, maisons de la vie étudiante, sont fragiles, ils n'ont pas encore atteint au sein des établissements une légitimité qu'ils ont par ailleurs bien souvent dans le territoire de l'action culturelle, reconnus comme un des acteurs locaux.
C'est bien souvent au sein d'A+U+C que nous avons appris à faire la part des choses entre l'éphémère, le « coup » et la pérennité de l'action qui nous permet de construire une véritable action culturelle qui s'inscrit dans nos missions de sensibilisation des publics qui peuplent et croisent notre horizon.
En mars 2001, lors de notre journée à Lille sur le théâtre universitaire, nous avions évoqué le rôle du service culturel « découvreur de jeunes talents » ; dans le même registre, le service culturel peut aussi être le révélateur de nouveaux territoires d'émergence culturelle. Il s'agira ici non plus de s'intéresser à des talents d'individus mais à des disciplines artistiques qui ne trouvent pas leurs lieux d'expression et qui risquent d'apparaître comme les « disciplines orphelines de la culture ».

Les actions et réflexions d'A+U+C

Elles se font sous la forme de commissions et de journées techniques et institutionnelles ainsi que sous la forme de consultations personnelles. Elles portent sur :

  • La réflexion générale sur les enjeux de la politique culturelle à l'université et le rôle des services culturels.
  • Les contacts, conventions, actions communes avec le CNOUS et les CROUS.
  • L'aide à la structuration des services : les personnes-ressources du bureau n'hésitant pas à se déplacer pour aider à la création d'un service.
  • L'aide à la réflexion sur le recrutement des personnels qualifiés : administrateurs culturels, techniciens de spectacle, des expositions et de l'audiovisuel… avec les différentes spécificités et grades correspondants. Plusieurs membres du réseau sont experts pour les jurys de recrutement.
  • L'aide à la réflexion sur les constructions, équipements et gestion des lieux spécifiques pour l'action culturelle universitaire (salle de spectacles et de répétitions, lieux d'exposition…).
  • La question très inégalement traitée selon les universités de la prise en considération des activités artistiques dans le cursus étudiant : valorisation des acquis dans le cadre de « la formation tout au long de la vie », rapports avec les formations spécialisées.
  • Les questionnements posés par les rapports avec les services de la « Vie Etudiante » : collaboration, amalgames, personnels et budgets communs ou non…
  • Les précisions de la place des étudiants dans l'action culturelle universitaire : associations conventionnées, BVE, ateliers, apprentis, gestionnaires…
  • Les problèmes techniques et financiers (billetterie, paiement des artistes, spécificités de la gestion artistique à l'intérieur de la « communauté » universitaire ; les problèmes du financement FSDIE, des droits des étudiants…

L'organisation

L'équipe d'A+U+C fonctionne de manière collective. Ses membres sont individuellement impliqués dans la défense, le soutien, la gestion de l'association. Les différentes actions de l'association sont menées en étroite collaboration avec le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère de la Culture et de la Communication, la CPU, le CNOUS, ainsi qu'avec tout partenaire concerné par le développement de l'action culturelle dans l'enseignement supérieur.

A+U+C a un rôle d'interface, de relais par rapport aux ministères, aux universités, aux partenaires culturels ; elle a l'avantage incontestable de connaître le terrain. A+U+C doit être un centre de ressources pour les ministères et les établissements. A+U+C est un lieu de remise en commun permanente des préoccupations spécifiques, afin de mutualiser les solutions pour l'intérêt général.

A+U+C établit un état des lieux précis des services culturels dans les établissements d'enseignement supérieur (universités, grandes écoles, IUFM, écoles d'art et d'architecture) et dans les CROUS. Plusieurs entrées sont prises en compte : les coordonnées de l'établissement, du service culturel, des personnes, leurs statuts, le type de structure, les financements, les lieux, la diversité des types d'activités artistiques et culturelles. Des enquêtes et analyses qualitatives permettent d'alimenter les réflexions des commissions mises en place par le Conseil d'Administration.

Qui sommes-nous ?